L’attentat, de Ziad Doueiri

affiche l'attentat

 

Sortie en salles : 29 mai 2013

Synopsis : Israël. Amine Jaafari est un brillant chirurgien d’origine arabe. Bien intégré dans l’hôpital dans lequel il travaille, il décroche un prix prestigieux pour ses recherches. Mais un jour, à Tel-Aviv, une bombe explose, engendrant une quinzaine de victimes dont onze enfants. Amine est bien loin d’imaginer que l’attentat qui vient d’être commis est l’œuvre de sa propre femme kamikaze…

My point of view :

« À la fin, on est seul ».

L’attentat résume parfaitement ces quelques mots emprunts de signification. Ce drame tiré du roman de Yasmina Khadra laisse s’exprimer des sentiments d’abandon et d’incompréhension. Sur fond de bataille opposant les israéliens aux palestiniens, le long du libanais Doueiri raconte un épisode malheureux d’une guerre sans fin. Caméra à l’épaule pour de nombreux plans, le spectateur se retrouve parfois à place même du héros, face à ses doutes et à ses choix. Les plans rapprochés se mêlent aux noirs denses. De multiples oppositions se présentent à l’écran. Elle, Siham, engendre la mort tandis que lui sauve des vies. Le silence fait face au bruit terrible de l’explosion et des urgences médicales. On a affaire à un énième acte de vengeance entre deux peuples. Siham est considérée comme une héroïne en Palestine alors qu’elle est une terroriste en Israël. Amine passe du statut de complice à celui de médiateur qui souhaite connaître la vérité avant tout. Pourtant, pour les palestiniens, il est celui qui a rejoint le camp adverse tel un traître. Des flashbacks sur la vie du couple et leur rencontre s’insèrent grâce à des montages parallèles. Les mouvements de caméra restent diverses : plongées, zooms arrière. Des notes de musique et de piano renforcent la dimension dramatique du film. Le décor est authentique et naturel. Les acteurs interprètent avec brio des personnages authentiques qui pourraient être bien réels. Le cœur du spectateur bat la chamade lorsqu’Amine doit identifier le corps de sa femme. Nous sommes les témoins directs de cette tragédie. L’attentat demeure un travail remarquable, une adaptation réussie de celui qui fut par trois fois l’assistant réalisateur de Quentin Tarentino.

Info supplémentaire : L’attentat a reçu le Grand Prix du Festival International du Film de Marrakech en 2012 et a été nommé par quatre fois au Festival International du Film Policier de Beaune en 2013 ainsi qu’au Festival de San Sebastian en Espagne en 2012.

C.H

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s