Man of steel, de Zack Snyder

Man of steel

Sortie en salles : 19 juin  2013

Synopsis : États-Unis. De nos jours. Clark Kent n’est pas un enfant comme les autres. Depuis toujours il se sent différent. Lorsqu’il prend conscience de l’importance de ses pouvoirs extraterrestres, son père lui avoue qu’il est venu d’une autre planète plusieurs années auparavant. Le jeune homme va tenter de percer le mystère qui l’entoure sur sa provenance et par la même occasion de sauver les humains d’une menace qui advient de son propre peuple : les Kryptoniens…

My point of view : Trente-quatre années se sont écoulées depuis la sortie du Superman de Richard Donner avec Christopher Reeve. Il était temps de sortir un autre long-métrage contemporain de la célèbre histoire d’un journaliste aux pouvoirs exceptionnels. C’est chose faite avec cette adaptation de Zack Snyder, connu pour ses travaux hauts en couleurs tels que Sucker Punch (2011), Watchmen – les gardiens (2008) et 300 (2006). Qui de meilleur choix à première vue que ce quadragénaire bercé par le monde fantastique ? Man of steel est un bébé dont l’on reconnaît à coup sûr la paternité. Ce produit de 2h23 est du genre 100% science fiction. Que ceux qui se désintéressent de l’irréel et du chimérique passent leur chemin ! En effet, la séquence d’ouverture en met plein les yeux ! Dans un décor incroyable, l’origine de Clark Kent prend naissance grâce à la magie des effets spéciaux. Pari réussi pour un long moderne et futuriste. Cependant, les combats s’enchaînent tellement vite qu’on ne sait plus où donner de la tête. Si la première partie se veut dans le ton, la seconde en revanche demeure too much avec un sens du patriotisme si typique à la culture de l’oncle Sam ! En ce qui concerne les acteurs, il y a du lourd puisque Kévin Costner, Russell Crowe ainsi que Michael Shannon se donnent la réplique. L’anglais Henry Cavill se voit (enfin) l’opportunité de se faire connaître avec ce premier grand rôle dans lequel il est parfait (son jeu tout comme son corps d’Apollon). Amy Adams que l’on ne présente plus, campe une Loïs Lane plus effacée, discrète voire lisse contrairement à ce que l’on attendait. On a vraiment du mal à s’attacher à ces deux héros. Les nombreux flashbacks sur l’enfance du demi-dieu semblent nécessaires pour comprendre son apprentissage et son adaptation à la vie humaine. Il subsiste peu de sauvetages d’êtres humains. Tout est principalement concentré sur la planète Krypton. Trop peu d’humour également assimilé à une VF insatisfaisante. Une déception donc pour cet Homme d’acier que l’on attendait tant !

Info supplémentaire : Une langue kryptonienne apparaît pour la première fois à l’écran à partir du « S » qui signifie « Hope » (espoir).

C.H

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s