The bling ring, de Sofia Coppola

the bling ring

Sortie en salles : 12 juin  2013

Synopsis : Los Angeles. Entre 2008 et 2009. Marc débarque dans son nouveau lycée. Pas simple pour un adolescent de s’intégrer dans une école où tout le monde se connaît. Rebecca, une fana de stylisme et de mode, le prend sous son aile. Marc rencontre rapidement les amies de Becca, Chloé, Nicki et Emily avec qui il se lie d’amitié. Ensemble ils passent leur temps libre à fréquenter les discothèques branchées, à boire, fumer, prendre de la cocaïne mais surtout à cambrioler les villas de stars hollywoodiennes…

D’après Vanity fair, les suspects portaient des Louboutins !

 My point of view : Sofia Coppola s’est inspirée d’un article du magazine américain pour écrire son scénario sur la jeunesse dorée d’un groupe d’Angelenos. Trois millions de dollars. C’est la valeur des pièces de grands créateurs ajoutés à l’argent liquide dérobés par le gang d’adolescents. Si certains semblent vénérer leurs stars fétiches, il semble que d’autres possèdent un simple appétit de pièces dont ils rêvent. Il subsiste un fantasme qui devient réalité avec une facilité déconcertante (trouver les adresses des célébrités via Google, laisser la clef d’une villa sous le paillasson). Mais leur soif laisse des traces (caméras de surveillance, photos prises à outrance mises en ligne sur un réseau social avec les objets volés tant convoités ou bien des liasses de dollars, bouche à oreille au lycée des escapades nocturnes dont ils se vantent ouvertement auprès de leurs camarades stupéfaits). Ce sont des stars à leur tour, stars du lycée toujours stylés que les autres admirent. Mais en réalité, ils rêvent plus ou moins de ressembler à leurs idoles, de vivre leur vie pleine de luxe et de plaisirs. L.A est l’endroit idéal pour cela, là où le rêve devient réalité… ou cauchemar ! Ils ne semblent pas inquiets de se faire prendre. Au contraire, cela les excite et leur donne envie de recommencer jusqu’à se faire prendre. C’est un jeu osé, nouveau, pour lequel ils n’avaient pas de scrupules. De plus, c’est une sorte de chasse aux trésors, roulette russe sur laquelle ils ne savent jamais sur quoi tomber. C’est une simple séance de shopping entre amis qui s’organise à chaque fois. Le lieu et l’appartenance des pièces de haute couture semblent davantage les intéresser que les pièces en elles-mêmes qu’ils revendent pour certaines. Par exemple, cette scène où Emma Watson change de chaussures avant d’aller au tribunal et jette ses bottines clouées Louboutin (Oh sacrilège !) peut laisser perplexe. La leader du groupe, Becca, n’hésite pas une seconde quant à voler (emprunter ?) une 911 Carrera S ! Niveau esthétisme, Sofia privilégie les couleurs pastel ainsi qu’une forte luminosité le jour. Au contraire, les scènes de nuit et donc de cambriolages sont sombres. Les vols s’enchaînent bien. La bande originale est dans l’air du temps (rap en tête, hip hop). Petit clin d’œil de la réalisatrice avec l’apparition de sa muse Kirsten Dunst dans une boîte de nuit. Les acteurs sont crédibles en adolescents décomplexés. Ce cinquième long métrage est frais, simple et efficace. On en veut encore !

Info supplémentaire : À l’origine, le gang était constitué de six adolescents. Ils ont cambriolé une dizaine de fois. Une seule a plaidé coupable, il s’agit d’Alexis Neiers. Deux millions de dollars de biens sont introuvables…

C.H

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s