Gatsby le magnifique, de Baz Luhrmann

 

Gatsby

 

Sortie en salles : 15 mai  2013

Synopsis : 1922. États-Unis. Un jeune homme nommé Nick Carraway s’installe dans une modeste maison installée sur la baie de Long Island. Son riche voisin, un certain Jay Gatsby semble aussi discret que mystérieux. Auprès de sa cousine, la belle Daisy, mariée à un sportif volage, Nick va alors vivre au cœur des années folles de New York. Alcool, fêtes, secrets, excès en tous genres attendent les héros de cette fresque d’un autre temps…

My point of view : Après Ballroom dancing (1991), Roméo + Juliette (1996), Moulin Rouge (2001) et Australia (2008), le réalisateur australien nous initie cette fois aux multiples plaisirs des années folles. L’univers coloré et loufoque du genre Luhrmannien est reconnaissable dans ce 5ème long. Le luxe, l’argent, l’alcool, le sexe, tous les éléments représentatifs aux années 20 sont présents. La musique décalée s’accorde bien aux séquences festives grâce aux icônes actuelles telles que Jay-Z, Beyoncé, Lana Del Ray, the XX, Gotye, Sia etc. Les décors sont grandiloquents, majestueux (le château de Gatsby tout comme la propriété de Daisy et de son mari). Les costumes emplis de strass brillent de mille feux. Le film réunit un casting prestigieux de stars élégantes : Dicaprio, Maguire, Mulligan, Edgerton, Fisher etc. Contrairement à Australia, il subsiste à peine de temps morts. Les séquences s’enchaînent bien. La principale difficulté à surmonter était de montrer les multiples festivités sans se lasser. Pari réussi avec peu de répétitions. Il manque parfois de la folie dans les mouvements de caméra et le montage. Pourtant, on retrouve des codes si spécifiques au réalisateur comme par exemple l’insertion de texte à l’image dans une typographie bien choisie. Encore une fois, la 3D semble inutile, d’autant plus qu’elle assombrit l’image, ce qui est dommage quand on sait que Luhrmann est célèbre pour son univers bariolé. Le drame possède divers lieux communs à Moulin rouge (la mort, la figure de l’écrivain/narrateur, l’amour dévastateur de deux amants opposés par la vie). La VF est décevante. En effet, les « bonnes voix » des acteurs principaux ne sont pas au rendez-vous. En revanche, la lumière est mise en scène de manière spectaculaire. Il y a des jeux de lumière naturelle (avec les rideaux et le soleil) et artificielle (la lumière verte, représente-t-elle la distance qui sépare les deux amants ?). Bref, un bon cru de 2h22 à savourer à tout moment de la journée !

Infos supplémentaires : Le roman de F. Scott Fitzgerald a déjà été porté à l’écran par trois fois. La plus célèbre adaptation n’est autre que celle de Jack Clayton avec Robert Redford ainsi que Mia Farrow.

C’est Ben Affleck qui devait jouer à l’origine le rôle de Tom Buchanan. Mais faute de mauvais timing, l’acteur a du décliner le rôle afin de se concentrer sur son 3ème long-métrage Argo.

Le film a été présenté au 66ème festival de Cannes 2013 en ouverture.

C.H

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s