Amour & turbulences, d’Alexandre Castagnetti

 

 Amour-et-turbulences

 

Sortie en salles : 3 avril  2013

Synopsis : Lors d’un vol New York – Paris, deux ex se retrouvent assis l’un à côté de l’autre. 3 ans auparavant, Julie s’éprenait d’Antoine, un séducteur attardé. Leur séparation construite sur des non-dits, ils ont à présent 7h à passer ensemble pour comprendre le pourquoi du comment. Le voyage s’annonce long pour les deux anciens amants qui vont revivre au fils des kilomètres le scénario de leur histoire…

My point of view : Les comédies romantiques françaises ne cessent de pleuvoir ces dernières semaines ! Il est bien connu que cela n’est pas la spécialité des mangeurs de bon pain. Pourtant, Alexandre Castagnetti réussit plutôt bien là ou beaucoup ont échoué. Le scénario, travaillé avec soin, est original. Les personnages sont réalistes mais surtout sincères. Certains détails croustillants viennent titiller nos zygomatiques. Par exemple, l’héroïne hésite toujours entre les plats au restaurant. Ce caractère spécifique apporte naturel et spontanéité au personnage de Julie. Rien n’est détourné, il n’y a pas de longueur, on va droit au but dans ce long métrage. De nombreux flashbacks bien choisis se mêlent conformément au présent. D’ailleurs, les raccords entre les scènes du présent (dans l’avion) et du passé (à Paris) sont particulièrement aboutis. Le choix des musiques convient bien aux scènes. Les seconds rôles campent des personnages drôles et hauts en couleurs (Clémentine Célarié et Jonathan Cohen). Pas de mélodrame ici, ou bien juste ce qu’il faut. Jusqu’à la fin on croit en un happy end victorieux ! Les répliques fusent. Les dialogues sont percutants, directs et cocasses. Le fameux « tu t’habilles en pute ? » est bien placé. Ludivine Sagnier, belle et naturelle rayonne. Enfin joue-t-elle un rôle à l’opposé des autres personnages qu’elle a l’habitude d’interpréter. Que dire de Nicolas Bedos, ce cancre insolent du PAF ? Pour un premier rôle sur la toile, il s’en sort plutôt bien. Dans l’ensemble, il est crédible, un tantinet attendrissant parfois. Le résultat est efficace et dynamique. Tout s’enchaîne bien. Dommage qu’il n’y ait pas davantage d’humour. Il manque cependant quelques détails quant à ce qu’ils faisaient précisément à New York et depuis combien de temps. Ce choix d’ellipse s’explique certainement par le récit centré sur l’histoire d’amour. Enfin, certains choix techniques sont atypiques, comme par exemple le lien entre l’univers artistique des sculptures de Julie et la séquence post rupture. Un film frenchi à la hauteur de ce que l’on attend lorsqu’on souhaite se divertir devant une comédie !

Info supplémentaire : Nicolas Bedos a coécrit le scénario avec le réalisateur Alexandre Castagnetti. Entre le début de l’écriture et la fin, il s’est écoulé une année.

C.H.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s