The place beyond the pines, de Derek Cianfrance

Affiche-The-Place-Beyond-The-Pines 

 

Sortie en salles : 20 mars  2013

Synopsis : Luke revient dans l’état de New York afin d’exercer sa profession de cascadeur moto dans une foire. Il tombe sur son ex copine, Romina et découvre qu’il est le père de son enfant. Afin de subvenir aux besoins de sa nouvelle famille, Luke arrête les cascades et se met à braquer des banques. Mais un jour, une course poursuite qui vire au cauchemar oppose le jeune braqueur à Avery, un novice de la police. Suite aux événements, Avery tente de reconstruire sa vie de héros avec sa femme et son fils mais il va devoir choisir entre la corruption et le droit chemin. Quinze années plus tard, les fils d’Avery et de Luke se rencontrent au lycée et ne vont pas tarder à découvrir ce qui les unit…

My point of view : 2h20 de tension, d’angoisse et de suspens. Après Blue Valentine en 2010 (avec le même Ryan Gosling), Derek Cianfrance fait fort. Pour ce deuxième long métrage, le réalisateur mêle trois destins dans une parfaite chronologie. Le choix d’une trichotomie est admirable. On commence par la découverte du père de l’existence de son enfant qui, suite à cela, va tout mettre en œuvre afin de lui donner tout ce qu’il a. Puis, dans un second temps, on suit l’autre père, qui vit avec le poids de la culpabilité. Enfin, on retrouve les fils, l’un dans une relation complexe avec son père et l’autre à la recherche du passé mais surtout de son géniteur. Voilà pourquoi le lien père-fils est omniprésent. On découvre ici que la vie est faite de choix qui peuvent avoir de terribles conséquences. Les acteurs incarnent avec brio des personnages plus vrais que nature. Ryan Gosling remplit le contrat du rebelle destroy aux T-shirts troués et portés à l’envers (sauf le mythique du groupe Metallica). Bradley Cooper se fait attendre puisqu’il n’apparaît que très longtemps après le début du film. Il campe un policier droit et juste, qui a du mal à se pardonner ce geste que tous glorifient d’héroïque. Les rôles féminins ne se sont pas en reste. Éva Mendès ainsi que Rose Byrne représentent deux femmes opposées que cela soit par leur catégorie sociale, leurs origines ou bien leur travail. Pourtant, elles ont comme point commun d’aimer leur enfant plus que tout. Naturelles au plus haut point, leur présence demeure essentielle. À noter également le talentueux jeu de Ray Liotta en flic corrompu et malhonnête. Les décors naturels qu’offre Schenectady sont nobles. La musique quant à elle est bien dans le ton. La caméra se laisse porter par des plans très divers. On se croirait parfois dans un documentaire. Bref. Ce deuxième long est un thriller réussi.

Info supplémentaire : C’est sur le tournage du film que le canadien Ryan Gosling et l’actrice d’origine cubaine, Éva Mendès se sont rencontrés. Depuis septembre 2011, les deux tourtereaux ne se quittent plus.

C.H

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s