Skyfall, de Sam Mendes

Sortie en salles : 26 octobre 2012.

Synopsis : Istanbul. Après une énième course poursuite à haut risque, l’agent 007 est déclaré mort. Ressuscité, il  refait surface lorsqu’il apprend que sa patrie est en danger après l’explosion du siège de l’agence : le M16. Tandis que Mallory, le nouveau président de l’ISC (le comité chargé du renseignement et de la sécurité) doute des capacités de ses agents en ce qui concerne la protection et la défense, M décide de faire confiance une nouvelle fois en la personne de James Bond, malgré son ajournement aux tests. Grâce à une agent de terrain séduisante nommée Éve, Bond va tenter de percer le secret de Silva, un ex-espion qui semble n’avoir qu’un seul objectif : détruire M…

My point of view : Skyfall. Numéro 23. On l’attendait au tournant ce dernier opus célébrant les 50 ans de la saga. Mais c’était sans imaginer que Sam Mendes, talentueux réalisateur de sa génération, allait nous offrir un cocktail explosif de deux heures et vingt-trois minutes. La première séquence nous plonge au cœur du monde de Bond. Un flou étendu se transforme en une netteté laissant percevoir le regard bleu azur de l’agent en costume gris perlé, le tout avec comme fond sonore les trois premières notes reconnaissables. Ensuite, tout s’enchaîne : les cascades en moto sur les toits turques, puis un suspens angoissant lorsque l’agent s’installe dans un tracteur sur un train qui roule à pleine vitesse. La chute de 007 est grandiose avec un parfait raccord aquatique du générique nous entraînant dans un univers intense. Lors des séquences tournées à Shanghai, les plans sont tout simplement renversants. Un combat mené dans le noir laisse entrevoir des jeux de lumières bleues. À l’inverse, à Macao, les couleurs sont tout autres. Les nuances chaudes prédominent dans une atmosphère traditionnelle chinoise. Les décors sont nombreux et somptueux (Londres et ses sous-sols, l’Écosse, Shanghai, Macao etc.).

L’héroïne à sauver est une magnifique actrice française, Bérénice Marlohe, la 8ème à incarner une James Bond girl. C’est l’une des trois femmes avec qui Bond a une aventure dans ce volet. Que dire des scènes d’action, autant dynamiques les unes que les autres comme par exemple celle qui a lieu dans le métro londonien. Javier Bardem campe un parfait méchant en blond décoloré. Inquiétant, il maîtrise l’art de la manipulation. Il se rapproche de son personnage effrayant qu’il incarnait dans No country for old men, des frères Cohen. Ralph Fiennes quant à lui n’est plus à présenter. C’est lui qui jouait entre autre Lord Voldemort dans Harry Potter et les reliques de la mort, de David Yates. Il joue ici un supérieur qui pourtant, autrefois sur le terrain, comprend malgré les hautes décisions, les choix faits par les agents du M16.

À noter, la carence de gadgets au profit d’un certain réalisme qui se dégage sans conteste du long métrage. Ainsi, les Aston Martin ne font pas leur show ici. Seule une ancienne Aston, une DB5 fait son apparition. Le film est une sorte de retour aux sources pour l’agent anglais. Il revient en effet dans le manoir familial en Écosse. Le long métrage montre un gentleman en action, avec ses points faibles parfois. Il subsiste toujours une pointe d’humour british, mais sans aucun temps mort. Ajoutons à cela une bande originale transcendante et en particulier Skyfall, écrite et interprétée par Adèle. Si Quantum of solace, de Marc Forster avait été pour ma part très décevant, il n’en est rien de celui-ci, audacieux, endurant et divertissant. Une nouvelle fois, Sam Mendes, plus que jamais compétent, a réussi avec brio sa nouvelle réalisation. Skyfall demeure à mes yeux, le meilleur épisode de la saga. Ça, c’est un joyeux anniversaire !

Infos supplémentaires : Pour le tournage de la séquence d’ouverture, 85 copies du costume Tom Ford que porte 007 ont été fabriquées. La classe quoi.

La séquence d’ouverture dure douze minutes. Il a fallu trois mois de répétitions et deux mois de tournage pour la réaliser.

C’est Daniel Craig qui a proposé le nom de son ami Sam Mendes pour réaliser Skyfall.

C.H.

Publicités

Une réflexion sur “Skyfall, de Sam Mendes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s