Killer Joe, de William Friedkin

Sortie en salles : 5 septembre 2012

Synopsis : Joe Cooper n’est pas un flic comme les autres. Froid et taciturne, il fait souvent des « extras » pour de l’argent. Chris Smith quant à lui est un jeune dealer borderline. Lorsqu’il apprend que sa mère possède une assurance vie de 50000 dollars, il n’hésite pas longtemps et prend l’initiative de contacter Joe, avec la complicité de son père. Mais Chris n’a pas assez d’argent pour faire accomplir sa funeste envie. Alors, il accepte de mettre en gage sa petite soeur, une gamine paumée mais prête à le suivre…

My point of view : Impossible de ressortir indifférent après ce long métrage. Cette adaptation d’une pièce de théâtre écrite en 1991 fait froid dans le dos. Du sang, de la violence gratuite et du sexe : il y en a pour tous les goûts, mais pas les meilleurs. L’univers est sombre, pluvieux, 100% malsain. On se sent mal à l’aise, pris d’apnée dans cet espace poignant mais qui est en même temps fort, puissant, terrible et haletant. Matthew McConaughey joue à la perfection un cow boy tueur dégoulinant, qui n’a peur de rien. L’acteur est méconnaissable. Sans pitié, son personnage est autant pervers qu’il est brutal et cruel. À l’inverse, Dottie, interprété par Juno Temple, une jeune actrice anglaise de 23 ans, y est naïve et frêle. Chris Smith (alias Emile Hirsh) fait naître chez le spectateur un sentiment de pitié et de fatalité. L’expression tomber de Charybde en Scylla n’est qu’un euphémisme dans la situation qu’il vit. Il s’engouffre dans les problèmes qu’il se crée lui même. L’histoire est une tragédie pure, un cauchemar indescriptible. Une scène est particulièrement insoutenable ; Joe mime une fellation et force la belle-mère de Dottie à sucer lentement un morceau de poulet frit. La fin, digne d’un massacre laisse paraître un déchaînement de coups jusqu’au plan final qui laisse deviner le dernier acte de la tuerie. Le réalisateur de l’Exorciste signe avec Killer Joe, un film vif et suffoquant.

Info supplémentaire : Le personnage du père de Chris et Dottie, Ansel Smith, n’est autre que le comédien Thomas Haden Church célèbre pour son interprétation de Sandman dans Spider-man 3. Killer Joe a été présenté lors 68ème Festival International du Cinéma de Venise 2011 et en avant-première lors du 38ème Festival Américan de Deauville 2012.

C.H.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s