Des hommes sans loi, de John Hillcoat

Sortie en salles : 12 septembre 2012

Synopsis : Dans les années 1930, aux États-Unis, trois frères sont plus que jamais unis pour faire marcher leur commerce de vente d’alcool tandis que la prohibition subsiste. Seuls contre tous, les frères Bondurant se battent à coups de sang afin de faire persévérer la légende familiale : leur invincibilité. Le plus jeune, Jack, peine à trouver sa place dans ce trio et rêve de mener la grande vie auprès de la jolie fille du pasteur. Howard, quant à lui, s’exprime davantage par ses poings qu’avec sa langue. Le plus âgé, Forrest, protecteur et calme, est une figure locale. C’est lui qui est le meneur du trafic de whisky lorsqu’une femme venue de Boston lui offre ses services. Face à la corruption et à l’injustice, les frères Bondurant ne se laissent pas faire peu importe les moyens qu’il faut employer pour retrouver une vie paisible. 

My point of view :

Entre le thriller et le western, ce film nous plonge au coeur d’une époque aujourd’hui révolue dans laquelle les interdictions étaient bien réelles. Seuls face aux représentants de l’autorité, la rébellion est en marche. Cette histoire est bouleversante par les faits, l’acharnement des personnages et par la violence dégagée. On est surpris par l’animosité des combats mais surtout par la force des frères qui se relèvent à chaque fois. Pourtant, ils ont tous vu leur sang gicler, que cela soit par une balle, des coups, ou bien par une lame bien aiguisée. Malgré ces déchaînements, le trio reste en vie et déterminé…Les acteurs en sont pour quelque chose. Gary Oldman, Shia Lebeouf, Tom Hardy, Jessica Chastain, ou bien encore Guy Pearce, Mia Wasikowka offrent un jeu empli de virtuosité et de positivisme. Chacun à leur manière pose une pierre à cet édifice qu’est le bijou concocté par John Hillcoat. Que dire de la mise en scène, parfaite et précise. Les décors impliquent un milieu loin de ce que l’on a l’habitude de voir (voitures, armes, costumes vintage).

Le film montre bien cette opposition imposée par la prohibition. Les frères Bondurant sont véritablement seuls face à tous (le pasteur, la police, le gouvernement représenté par l’infâme Agent Raxes). C’est pourquoi leur unicité est si intense. Le récit, comme le scénario mêlent avec brio des dialogues percutants portés par la performance remarquable des acteurs.

Infos supplémentaires :Le titre original du film est : The wettest county in the world. C’est une adaptation du roman de Matt Bondurant intitulé Pour quelques gouttes d’alcool. Le long-métrage était en compétition en mai 2012 à Cannes et à été présenté au 38ème festival de Deauville qui a eu lieu ce mois de septembre 2012.

C.H.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s