Intouchables, de Éric Toledano et Olivier Nakache

Sortie en salles :  2 novembre 2011

Synopsis : Philippe, un riche parisien, engage un jeune banlieusard nommé Driss, comme aide à domicile. Suite à un terrible accident de parapente, Philippe, devenu tétraplégique, laisse se succéder divers candidats pour l’aider dans sa vie quotidienne. Par leur culture littéralement opposées, les deux individus vont apprendre à se connaître et s’entraider.

My point of view : Confession. Je l’avoue, je suis allée voir ce film alors que j’avais déjà tout lu et tout vu sur celui-ci. En même temps, comment passer à côté des multitudes de critiques, autres bandes annonces et teasers diffusés partout autour de nous ? Forcément, je me suis dis que je connaissais déjà pas mal de choses sur ce long métrage. Ce n’est pas totalement faux. Oui je savais quelle blague allait arriver à tel moment. Cependant, j’ai aussi été surprise maintes fois. À dire vrai, la stratégie marketing a véritablement fonctionné puisque le film a dès lors pour bon point d’être le meilleur démarrage français depuis le début de l’année avec plus de 2 millions d’entrées. Tout le monde (ou presque) a adoré Intouchables. Pourquoi ? Et bien parce que ça faisait longtemps que le cinéma français n’avait pas réussi à faire rire tout en exprimant des émotions intenses. L’amalgame des deux milieux si contrastés donne au film une dimension à la fois plausible et insolite. Oui, on rit du début à la fin. Oui, on demeure ému de nombreuses fois. Le film a pour principal atout de mêler deux genres. Mais cela n’est pas tout. En effet, les émotions s’entremêlent de manière admirable, lorsqu’on s’y attend le moins. En une fraction de secondes, le spectateur est amené à sourire, à rire, puis à être touché par l’action qui se déroule devant ses yeux. Les acteurs semblent naturels, bruts, comme sauvages chacun dans leur environnement. Ils offrent une prouesse hors pair digne des plus grands comédiens français. Dénué de pitié – ce que souhaitait l’auteur du livre à l’origine du film – le long restitue parfaitement la différence, le handicap, et l’envie de vivre tout simplement.

Info supplémentaire : Le film (comme un film sur deux qui sort en France), est tiré d’un livre. Il s’agit de la propre histoire de Philippe Pozzo di Borgo, devenu tétraplégique après un accident de parapente, et d’Abdel, un jeune de banlieue embauché pour s’occuper de lui. Au jour d’aujourd’hui (le 7 décembre 2011, le film a fait 12,06 millions d’entrées ! C’est le 5ème plus gros succès français.

C.H.

Publicités

Une réflexion sur “Intouchables, de Éric Toledano et Olivier Nakache

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s